Les clients du groupe internet spécialisé dans le transport en VTC devront payer leurs courses plus chères mais ils rouleront dans des véhicules électriques.

Uber, qui par ailleurs vient de se lancer aujourd’hui à Grenoble, n’en finit pas de tenter de redorer son image.

C’est une première qui mérite d’être saluée.

A Londres, Uber va instaurer une taxe de 0,17€ au kilomètre qui sera imputée sur le prix des courses.

Elle permettra aux chauffeurs de VTC qui travaillent pour le groupe internet Uber de s’équiper en véhicules électriques.

Cette taxe sera payée par les clients Uber et non par les chauffeurs.

Selon des projections réalisées par Uber un chauffeur VTC qui effectue 40 heures de travail par semaine pourra espérer recevoir environ 3 380 € en deux ans pour l’aider à passer à l’électrique.

L’objectif affiché est de permettre à 20 000 chauffeurs VTC Uber de changer de véhicule d’ici 2021.

Uber souhaite qu’à l’horizon 2025 100% des véhicules qui travaillent pour sa marque à Londres soient des véhicules électriques.

La motivation d’Uber certes louable, mais elle est aussi… financière.

En effet, depuis la fin de l’année 2018 la ville de Londres qui souhaite lutter encore plus qu’aujourd’hui contre la pollution, a mis en place une nouvelle taxe.

Et il en coûte à Uber… l’équivalent de 13€ par jour, et par véhicule.

Source – Newzilla